African Association of
Remote Sensing of the Environment
 
 
  • Home
  • Media
  • Articles
  • Observation par les mages satellites des impacts du transfert de la gestion forestière aux communautés de base : cas de la commune de Didy, région d’Alaotra-Mangoro Madagascar

Observation par les mages satellites des impacts du transfert de la gestion forestière aux communautés de base : cas de la commune de Didy, région d’Alaotra-Mangoro Madagascar

11 Oct 2012 7:00 AM | Anonymous

Observation par les mages satellites des impacts du transfert de la gestion forestière aux communautés de base : cas de la commune de Didy, région d’Alaotra-Mangoro Madagascar

RAKOTONIAINA S., RAKOTOMANDRINDRA P., RANAIVOARIMANANA S., RAKOTONDRAOMPIANA S.

Laboratoire de Géophysique de l’Environnement et Télédétection, Institut et Observatoire de Géophysique d’Antananarivo (IOGA), Université d’Antananarivo, BP 3843, Antananarivo-101, Madagascar

Dans le cadre d’un projet de gestion durable des ressources naturelles pour la conservation des régions hotspot de la biodiversité à Madagascar, le projet COGESFOR (Conservation et Gestion des Ecosystèmes Forestiers Malgaches) et l’Institut et Observatoire de Géophysique d’Antananarivo (IOGA) ont collaboré ensemble. Les objectifs principaux du projet sont de produire d’une part des cartes multidates de l’occupation du sol et d’analyser d’autre part l’évolution temporelle de cette dernière (détection des changements) au cours des dates prises comme des références afin d’évaluer l’efficacité du programme de transfert de la gestion forestière aux communautés de base. Le site d’étude est la commune de Didy, dans la région d’Alaotra-Mangoro, centre Nord de Madagascar. Les images satellitaires utilisées ont été celles acquises par le satellite Landsat TM 5 de résolution spatiale de 30 mètres à trois dates (1994, 2001 et 2009). Les descentes sur terrain ont été effectuées au cours de l’année 2011 avec pour objectif de relever les points GPS relatifs aux vérités-terrain correspondant aux différentes catégories d’occupation du sol existantes et de mener une enquête auprès de la population locale sur l’historique de l’environnement forestier dans leur zone. Les différentes catégories d’occupation du sol retenues sont les suivantes : forêt, savoka, tavy, zetra, rizière, savane, lac/rivière et sol nu. En plus de ces différentes classes, on a considéré aussi les classes nuages et ombre dans le cas où ces dernières sont présentes dans l’image. Les vérités-terrain acquises ont été divisées en 2 groupes : le premier en tant que parcelles d’apprentissage pour entraîner l’algorithme de classification et le second en tant que parcelles de contrôle pour valider les résultats de classification. Les images acquises à différentes dates ont été tout d’abord soumises à des corrections atmosphériques. Les classifications d’images qui ont été effectuées à partir des six bandes originales (à l’exception de la bande thermique) de chaque image multispectrale de Landsat ont été ensuite réalisées à l’aide de la méthode de classification non paramétrique SVM (Séparateur à Vaste Marge). Enfin, le module LCM (Land Cover Modeler) du logiciel de traitement d’images Idrisi a été appliqué à nos images classifiées pour détecter les différents changements apparus sur les occupations du sol entre les différentes dates considérées. Une approche d’aménagement concerté global a été définie, testée et mise en œuvre dans le site à travers de ce qu’on appelle organes de Transfert de Gestion (TG). Pour évaluer les actions entreprises au sein des TG au cours des trois années d’étude, trois principaux indicateurs écologiques ont été examinés : les surfaces forestées, les surfaces cultivées et les surfaces brulées. La transition des classes vers la classe ‘forêt’ indique ainsi un apport positif des organes de transfert de gestion (TG) sur la conservation des zones forestières et celle vers la classe ‘tavy’ (traduisant les surfaces brûlées) une évaluation de la dimension de l’exploitation des terrains par la population locale (défrichement). Les résultats statistiques montrent en général une nette diminution des surfaces forestières avant l’installation des TG dans la commune de Didy (2001) et une forte augmentation de ces surfaces après installation des TG (soit entre 2001 et 2009). Par ailleurs, la surface des zones classées ‘tavy’ a diminué au cours de ces années d’étude dans presque toute la zone d’étude.


---

This post was written by Solofoarisoa Rakotonianina (Université d’Antananarivo). Contact him at solofoarisoa@gmail.com for more information.



Full text document

  This site is managed by Space 4 Development